facebookTwitterGoogle PlusyoutubeInstagram

Le Centre de Formation et d'Intervention (CFI) de Lyon a participé au transfert du pont Raymond Barre

Partager
13 Septembre 2013 -
Pont raymond barre SNSM

Mardi 3 septembre, un mois après la date initialement programmée, en attente des conditions idéales notamment concernant le débit du Rhône, la pose à Lyon du nouveau pont sur le Rhône destiné à accueillir le prolongement de la ligne 1 du tramway a été réalisée.

Une ultime opération qui a duré jusque très tard dans la nuit et qui promettait d'être aussi délicate que spectaculaire.

La pièce centrale aux mensurations respectables (150 m de long, 20 m de large, 30 m de haut et 2500 tonnes) a été construite sur terre, près du port Edouard-Herriot, à un kilomètre en aval de son lieu d'implantation finale. Portée par des engins spéciaux, la travée a ensuite été déplacée jusqu'au bord du fleuve, puis chargée sur une barge. Lundi 2 septembre en fin de journée, le pont a fait son «voyage» de 1 kilomètre pour rejoindre son lieu d'implantation, tout près du pont Pasteur. Et ce mardi, toute navigation coupée sur le fleuve, la barge a été pivotée lentement pour placer le gigantesque ouvrage en position finale.

Ce nouveau trait d'union harmonieux entre les deux rives du Rhône, qui se veut aussi un signal d'entrée sur la ville, sera réservé aux circulations douces, tramway, piétons, vélos. Après les derniers travaux d'aménagement, il sera livré en décembre prochain. Depuis plus d’un an, les ouvriers s’activent sur les rives, mais aussi sur le port Edouard Herriot.

Livrer un ouvrage d’art considérable tel que le Pont Raymond Barre nécessite en amont l’organisation d’un chantier considérable.

(c) Copyright 2013 - SNSM(c) Copyright 2013 - SNSM

Ce dernier prend place sur les deux rives, mais aussi sur le Port Edouard Herriot, au sud de l’emplacement du futur pont. Le pont, d’une longueur de 260 mètres, est organisé en plusieurs parties, d’ouest en est. D’abord les culées. Ce sont les ouvrages situés sur la rive qui supportent le poids du tablier, la partie plane du pont sur laquelle circuleront le tramway et les piétons. Ensuite, les piles, qui supportent le pont. Pour chacune d’elles, il a été nécessaire de construire un batardeau : une enceinte étanche, qui permet la réalisation des fondations constituées de pieux. Pour la pile n°1, située du côté de Confluence, la grue qui réalise les pieux est installée sur une barge. Le bétonnage est réalisé depuis le pont Pasteur. Pour la pile n°2, les pieux ont été réalisés « au sec ». La pile se situant à proximité immédiate de la rive, l’entreprise a réalisé une petite digue et a comblé le batardeau avec du gravier. Les machines de creusement ont pu ainsi éviter de travailler depuis une barge. Le « bowstring », qui constitue la partie centrale du  pont, est, elle, en cours d’assemblage au Port Edouard Herriot. Les arcs, visibles depuis l’entrée sud de Lyon, seront hauts de 17.5 mètres et longs de 150 mètres. Ce sera sans doute l’opération la plus spectaculaire de la construction, cette travée de 150m de longueur et d’un poids de 2 500 tonnes devant être acheminée par voie fluviale, sur une barge, jusqu’à l’emplacement du pont.


La navigation sera alors interdite sur le Rhône pendant les 30 heures nécessaires à l’opération. Surélevé à la bonne hauteur, le bowstring viendra s’imbriquer sur les piles construites pour l’accueillir. Cette opération d’envergure, spectaculaire, sera suivie par la pose de la dernière travée latérale en rive droite, la semaine suivante. La livraison de l’ouvrage est prévue pour décembre 2013.

(c) Copyright 2013 - SNSM(c) Copyright 2013 - SNSM

(c) Copyright 2013 - SNSM(c) Copyright 2013 - SNSM

En savoir plus

SNSM - Les Sauveteurs en Mer
Association loi 1901, reconnue d’utilité publique depuis 1970 et inscrite au répertoire national des associations sous le numéro W759000011


8, cité d’Antin - 75009 Paris
Tel : 01 56 02 64 64