Les différents types de bénévolat à la SNSM

Le béné­vo­lat est le socle sur lequel se fonde le projet asso­cia­tif de la SNSM. Ce béné­vo­lat peut revê­tir plusieurs formes : cadres avec mandat du président de la SNSM, béné­voles régu­liers et  béné­voles occa­sion­nels.

Comment deve­nir béné­vole à la SNSM ?

L’en­ga­ge­ment béné­vole à la SNSM consiste tout d’abord à adhé­rer à son projet asso­cia­tif, son orga­ni­sa­tion et ses valeurs. Il n’existe pas de statut du Sauve­teur en Mer, tout comme il n’existe pas en France de statut du béné­vole.

En raison des contraintes de l’ac­ti­vité opéra­tion­nelle, c’est aussi un enga­ge­ment fort qui exige une grande dispo­ni­bi­lité et d’ha­bi­ter à proxi­mité des lieux d’ac­tion de la SNSM, sans oublier une bonne santé.

Cet enga­ge­ment est forma­lisé dans une charte du béné­vole énonçant les respon­sa­bi­li­tés réci­proques entre les béné­voles et la SNSM.

En appli­ca­tion des statuts de l’as­so­cia­tion, tous ces béné­voles sont des membres actifs de l’as­so­cia­tion.

Comment deve­nir sauve­teur embarqué à bord d’un navire  de sauve­tage ?

Pour deve­nir sauve­teur embarqué, il convient de contac­ter une station proche de son domi­cile et de présen­ter une candi­da­ture à son président. Le patron titu­laire consti­tue et choi­sit son équi­page de sauve­teurs opéra­tion­nels parmi les béné­voles de la station, en fonc­tion de ses besoins. Ce choix doit être confirmé par le président de station. Il existe un véri­table parcours asso­cia­tif du béné­vole sauve­teur embarqué qui, par une forma­tion conti­nue et des entraî­ne­ments régu­liers, s’as­treint à entre­te­nir ses apti­tudes opéra­tion­nelles.

Comment deve­nir béné­vole au siège de l’as­so­cia­tion ?

Séduits par la mission et le projet asso­cia­tif de la SNSM, des candi­dats habi­tant en région pari­sienne peuvent égale­ment appor­ter un concours régu­lier au siège de l’as­so­cia­tion, en fonc­tion de leur domaine d’ex­per­tise et dans des fonc­tions qui ne sont pas assu­rées par les sala­riés perma­nents. En aucun cas, ces béné­voles ne sauraient être assi­mi­lés à des sala­riés que l’on ne paye pas. Les missions qui peuvent leur être confiées sont bien distinctes des emplois sala­riés. Elles sont défi­nies à la suite d’un entre­tien avec des cadres du siège et le délé­gué pour la vie asso­cia­tive qui appré­cient les offres de service propo­sées et compé­tences au regard des besoins de l’as­so­cia­tion et des possi­bi­li­tés d’ac­cueil dans un des services du siège.

Contac­tez-nous !

Comment deve­nir nageur sauve­teur ?

Pour deve­nir nageur sauve­teur, il convient de remplir le formu­laire d’ins­crip­tion en ligne  du centre de forma­tion et d’in­ter­ven­tion (CFI) le plus proche de son domi­cile. La liste de ces centres figure égale­ment sur le site au lien suivant.

La plupart des centres orga­nisent à la rentrée de septembre une réunion d’in­for­ma­tion pour présen­ter la SNSM et l’ac­ti­vité du centre de forma­tion, les stages propo­sés et surtout l’in­ves­tis­se­ment en temps que la forma­tion repré­sente pendant la période scolaire (envi­ron 300 heures pour former un nageur sauve­teur, soit une à deux séances hebdo­ma­daires d’en­traî­ne­ment en piscine, diffé­rentes prépa­ra­tions les week-ends puis stage mer en période bloquée ou étalée en plusieurs week-ends aux alen­tours des fêtes de l’As­cen­sion).

Deve­nir nageur sauve­teur exige natu­rel­le­ment une bonne condi­tion physique et psychique. Peu après son inscrip­tion, le stagiaire nageur sauve­teur passe un test de nata­tion permet­tant de déter­mi­ner son aisance et ses possi­bi­li­tés de progres­sion pour satis­faire ulté­rieu­re­ment à l’exa­men natio­nal du brevet natio­nal de sécu­rité et de sauve­tage aqua­tique (BNSSA). Pour en savoir plus, consul­ter la rubrique « comment deve­nir nageur sauve­teur ».

Les diffé­rents béné­voles de la SNSM

Les cadres avec mandat (béné­voles perma­nents)

Les délé­gués dépar­te­men­taux

Instal­lés dans chaque dépar­te­ment côtier, ils sont nommés par le président natio­nal qu’ils repré­sentent.

Les prési­dents de stations de sauve­tage

Ils sont nommés par le président natio­nal, sur propo­si­tion des délé­gués dépar­te­men­taux et des inspec­teurs géné­raux de zone.

Les patrons titu­laires d’une station de sauve­tage

Le patron d’une station est dési­gné par le président de la SNSM, sur propo­si­tion du président de station, du délé­gué dépar­te­men­tal et de l’ins­pec­teur de la zone opéra­tion­nelle.

Les direc­teurs de centres de forma­tion et d’in­ter­ven­tion

Ils sont nommés par le président natio­nal sur propo­si­tion de l’ins­pec­teur des nageurs sauve­teurs et avis du délé­gué dépar­te­men­tal pour les zones litto­rales.

Les tréso­riers des délé­ga­tions dépar­te­men­tales, des stations de sauve­tage et des centres de forma­tion et d’in­ter­ven­tion

Ils sont nommés par le président natio­nal, sur propo­si­tion du président de station, du direc­teur de centre de forma­tion et d’in­ter­ven­tion CFI ou du délé­gué dépar­te­men­tal concerné..


Les béné­voles régu­liers de la SNSM

Les sauve­teurs embarqués 

Les sauve­teurs embarqués sont les béné­voles enga­gés au sein d’une station de sauve­tage. Ils se composent des sauve­teurs opéra­tion­nels qui forment l’équi­page des navires, et des autres béné­voles qui concourent au bon fonc­tion­ne­ment de la station mais n’em­barquent pas néces­sai­re­ment sur le bateau de sauve­tage : collecte de fonds, méca­ni­cien, etc. 

L’âge mini­mum requis pour être membre d’une station de sauve­tage est de 16 ans. Pour être sauve­teur opéra­tion­nel, il est de 18 ans. La limite d’âge supé­rieure pour navi­guer en opéra­tion est de soixante-six  ans révo­lus.

Les char­gés de missions béné­voles

Il en existe de toute nature. Chargé de mission commu­ni­ca­tion, chargé de mission préven­tion, etc. Leur dési­gna­tion fait l’objet d’une déci­sion du président natio­nal et ils reçoivent une lettre de mission pour une durée limi­tée, parfois recon­duc­tible.

Les respon­sables d’an­tennes régio­nales

Nommés par le président natio­nal, ils ont pour rôle de promou­voir l’image de la SNSM et de déve­lop­per la collecte de fonds dans les dépar­te­ments de l’in­té­rieur dans lesquels il n’existe pas de délé­gués dépar­te­men­taux. Ces missions béné­voles sont attri­buées pour deux ans renou­ve­lables.

Les nageurs sauve­teurs

Le stagiaire nageur sauve­teur s’ins­crit dans un centre de forma­tion et d’in­ter­ven­tion en vue d’ob­te­nir les quali­fi­ca­tions qui lui permet­tront d’exer­cer une mission de surveillance et de sauve­tage sur les plages du litto­ral pendant la saison esti­vale. Dans le cadre de cette mission, il béné­fi­cie d’un emploi rému­néré au sein d’une mairie ou d’une collec­ti­vité de communes du litto­ral. C’est donc un véri­table enga­ge­ment citoyen, proche du volon­ta­riat, qui est ainsi proposé aux jeunes pour exer­cer une mission de service public à haute respon­sa­bi­lité.

Par ailleurs, le nageur sauve­teur, muni de quali­fi­ca­tions issues des réfé­ren­tiels natio­naux, peut parti­ci­per béné­vo­le­ment à des dispo­si­tifs prévi­sion­nels de secours (DPS). Le cas échéant, il peut égale­ment être réqui­si­tionné par la préfec­ture de son dépar­te­ment pour parti­ci­per à des missions de sécu­rité civile, à cet effet, ils sont ratta­chés à une unité dépar­te­men­tale des missions de sécu­rité civile (UDMSC).

Les forma­teurs nageurs sauve­teurs

Ce sont des nageurs sauve­teurs aguer­ris qui ont suivi des stages de forma­tion appro­priés selon un réfé­ren­tiel défini par la direc­tion de la sécu­rité civile du minis­tère de l’In­té­rieur (pour les forma­tions aux premiers secours et le brevet natio­nal de sécu­rité et de sauve­tage aqua­tique) et par la direc­tion des affaires mari­times (pour les permis mer). Les autres forma­tions spéci­fiques au sauve­tage font l’objet de réfé­ren­tiels internes à la SNSM.

Ces nageurs sauve­teurs forma­teurs sont dési­gnés par leur direc­teur de centre de forma­tion et d’in­ter­ven­tion de ratta­che­ment. Ces forma­teurs consacrent chaque année plusieurs dizaines de jour­nées (équi­valent temps plein) d’en­ga­ge­ment béné­vole au service de la quali­fi­ca­tion des jeunes nageurs sauve­teurs.


Les béné­voles occa­sion­nels de la SNSM

Ce sont des béné­voles qui donnent un coup de main ponc­tuel à l’oc­ca­sion de diverses mani­fes­ta­tions (fêtes de la mer, etc.), orga­ni­sées par les délé­ga­tions dépar­te­men­tales, les stations de sauve­tage ou les centres de forma­tions et d’in­ter­ven­tion. Parmi ceux-ci se trouvent des membres proches des stations ou tout simple­ment de la famille des sauve­teurs qui expriment à cette occa­sion leur atta­che­ment et leur soutien au projet asso­cia­tif SNSM.