Un canotier-médecin au grand cœur

A terre, cardiologue, Charles Hudelo sauve des vies. En mer, canotier à la station de Dunkerque, il porte secours aux naufragés. Il préside aussi la commission médicale de la SNSM. Portrait.

À l’image des gens du nord, Charles Hudelo est un homme de cœur. Mais mieux encore, il  revendique au naturel un attachement quasi viscéral à sa région. "Je suis fier d’être Dunkerquois, dit-il, avant d’ajouter qu’il ne connaît rien de plus fascinant qu’une tempête en hiver, face au Pas-de-Calais". C’est pour la mer ; pour la tutoyer au quotidien qu’il a refusé au terme de ses études de médecine passées à Tours, une alléchante opportunité professionnelle. Et c’est toujours pour elle, pour embrasser l’horizon chaque matin à son réveil, qu’il a choisi d’habiter Malo-les-Bains, la zone résidentielle de la ville de Dunkerque. Il est vrai que "ce besoin de mer" qu’il partage avec son épouse Valérie est ancré dans ses gènes. Il relève d’une tradition familiale où tout gamin, après ses premiers pas en Optimist à l’école de voile de Bray-Dunes, son père l’emmenait tirer des bords sur le Vaurien qu’il préserve jalousement dans la maison de ses parents.

La tradition, c’est encore elle qui justifie l’engagement de Charles pour de longues études de médecine qui l’ont mené depuis une bonne décennie à exercer la profession de cardiologue. "Avec un grand-père médecin, un père médecin, j’étais vraiment conditionné", confie-t-il. Aujourd’hui, c’est avec le Kobby, un petit boîtier d’alerte qui l’avertit des interventions, qu’il consulte. Toujours prêt à embarquer sur le SNS 5911 Jean-Paul Legars, le semi-rigide de la station de Dunkerque ou sur le canot tous temps Jean Bart II. C’est une évidence. Depuis sa jeunesse, l’attachement de Charles pour la SNSM ne s’est jamais terni. "À 19 ans j’étais déjà canotier sur le canot de la station SNSM de Bray Dunes. À 47 ans, je suis  Toujours canotier à Dunkerque. Et je tiens à y rester, confirme-t-il, même si je porte une triple casquette, celle de marin, de médecin référent pour le Nord-Pas-de-Calais et de Président de la Commission Médicale de la SNSM". Une assemblée réunissant les médecins des stations et des CFI*. En tire-t-il une certaine fierté ? Sans doute, mais discrète. Il reconnait assumer son rôle avec un engagement sans faille même si sa fonction dévore une bonne partie de ses loisirs.

"Aider les autres"; Charles a érigé ces trois petits mots en ligne de vie qu’il assume dans son métier et au sein de la SNSM. Il prend du plaisir à retrouver ses amis de la station - une trentaine de dunkerquois - rassemblant aussi bien des gens du monde de la mer, anciens du remorquage, du lamanage, de la pêche, que des professeurs de sport. Tout comme il ne rechigne jamais à recevoir les confidences des uns et des autres en bon médecin de famille. A-t-il besoin de cette adrénaline comparable à celle déjà rencontrée lors de ses interventions au SAMU de Tours ? Il confirme. Mais, c’est sans doute pour tenter d’oublier le stress, retrouver une certaine sérénité qu’il profite de ses rares moments de liberté pour partir souvent seul, parfois avec son épouse, retrouver Matiju IV, son semi-rigide stationné à Bray-Dunes. Prétexte à s’adonner à la pêche au trémail, sa favorite, qu’il pratique depuis qu’il est enfant. Hiver comme été, qu’il pleuve ou qu’il vente.

C’est dire que Charles n’a rien d’un contemplatif. Avant de nous quitter, nous avons parlé de son autre passion, le bricolage, et de son cadeau de Noël, une perceuse. Il a fallu que j’insiste pour qu’il me raconte sa dernière intervention, le sauvetage d’une vedette de 20 mètres. Enfin, à l’heure de nous séparer, Charles a tenu à évoquer sa participation au sauvetage de Jean-Pierre en panne de moteur sur son Zodiac et sauvé de justesse. "Chaque fois que nous nous rencontrons à Bray-Dunes, Jean Pierre a les larmes aux yeux. Rien que pour ça, ça vaut le coup d’appartenir à la SNSM" m’a-t-il confié. 

Auteur : Bernard Rubinstein – Sauvetage n°127

 

* La commission médicale comprend 7 membres et traite de toutes les affaires médicales de la SNSM au niveau national (définition des critères d’aptitudes médicales des canotiers, contenu des formations en secourisme en collaboration avec la direction de la formation, élaboration des dotations médicales des canots avec la direction des achats…).