Sébastien Juhel, la passion du sauvetage

À la pointe de la côte de granit rose, Sébastien est patron du SNS 718 de l'Île-Grande. Formateur et responsable pédagogique, il anime aussi des stages de nageurs embarqués, le tout, bénévolement.
""
Légende
Sébastien Juhel à gauche © SNSM

Depuis ses 18 ans, en 1994, Sébastien Juhel baigne dans le sauvetage à la SNSM. Une passion qu'il explique par « l'envie de porter secours et l'amour de la mer ». Aujourd'hui, l'enfant du pays, né dans les Côtes-d'Armor voici 46 ans, est patron titulaire du semi-rigide SNS 718 Toulgwenn, au sein de la station SNSM Trégastel – Île Grande.

Au centre de la côte de granit rose, l'Île-Grande (800 habitants) est la pointe avancée de la commune de Pleumeur-Bodou. Elle est reliée au continent par un pont. Autrefois, haut lieu d'extraction du granit, c'est à présent un site touristique très fréquenté en période estivale avec son port, sa base nautique et la station ornithologique de la Ligue de Protection des Oiseaux (LPO).

« Depuis tout petit, je navigue, explique-t-il. Plus grand, je suis devenu moniteur à l'école de voile, qui jouxte la SNSM. Très rapidement, je me suis intéressé au sauvetage. Une véritable histoire de proximité avec les bénévoles. C'est ainsi qu'à leur invitation, je suis entré à la station à 18 ans ».

Au fil des années, Sébastien Juhel a acquis une solide expérience du sauvetage en mer. De canotier, il est devenu en 2020, patron du semi-rigide de la station SNSM Trégastel – Île Grande. 

La vocation de secourir

Sapeur-pompier professionnel à Lannion, Sébastien Juhel a la possibilité de se rendre disponible pour la SNSM grâce à son emploi du temps : « Après 24 heures de garde, je dispose de deux ou trois jours de repos, c'est selon. C’est un rythme à prendre pour concilier la famille, les amis, les pompiers, la station SNSM, et les formations. »

Une disponibilité importante, c'est également le trait commun d'une bonne partie de l'équipage de la station SNSM Trégastel – Île Grande, composée entre autres de : « deux sapeurs-pompiers, un contrôleur aérien, un artisan, un agent portuaire… Au total, une quinzaine de sauveteurs habitant sur l'île ou à moins de 5 km de la station. ». Une équipe jeune avec une moyenne d'âge de 45 ans, qui se renouvelle d'un tiers tous les trois ans environ, un turn-over apprécié du patron. « Une situation tout à fait adaptée à l'utilisation un peu sportive du semi-rigide de 7,50 mètres, le SNS 718 Toulgwenn, propulsé par deux moteurs de 115 chevaux. » Le semi-rigide se prête parfaitement à la navigation de secours dans cette région, « assez mal pavées avec des hauts-fonds où les tirants d'eau sont assez réduits ».

En cette pointe de la Bretagne, l'été, la navigation de plaisance est importante. « Nous sommes, dit-il, dans une région de fort transit vers les îles anglo-normandes toute proches. Or, le secteur est composé de nombreux îlots et les cailloux sont partout. La navigation réclame une bonne connaissance et aussi beaucoup de prudence et d'humilité. Par conséquent, nous sommes très souvent appelés par le CROSS pour tirer d'affaire des plaisanciers égarés parmi les nombreux obstacles de cette côte de granite rose. »

Depuis ses débuts, Sébastien Juhel ne compte plus les sauvetages auxquels il a participé, pas plus qu'il ne veut retenir les plus remarquables. « En définitive, souligne-t-il, je retiens surtout les interventions qui n'aboutissent pas. Celles pour lesquelles on n'a rien pu faire. C'est triste pour tout le monde. On ressent un fort sentiment d'échec. Fort heureusement, ces situations sont assez rares. » Le plus souvent, les sauveteurs de la SNSM accomplissent parfaitement leur mission et reçoivent en retour des remerciements. Comme en témoignent, parmi d'autres, ces deux plaisanciers à bord d'un voilier de 8,80 mètres, tombés à la mer, en hypothermie : « Nous souhaitions vous donner de nos nouvelles et vous remercier de tout cœur pour votre intervention et votre extrême dévouement. Difficile d'exprimer l'émotion que nous avons ressentie lorsque nous avons vu votre semi-rigide s'approcher alors que nous nous accrochions tant bien que mal à notre casier de pêche et que les rochers s'approchaient... Le terme remercier de tout cœur nous paraît bien faible compte tenu de la rapidité avec laquelle vous êtes venus à notre secours, ne reculant ni devant la difficulté à nous retrouver alors que nous n'étions plus dans la zone immédiate de naufrage ni devant le danger que vous avez couru pour nous récupérer près des rochers. » Un message touchant qui résonne comme une récompense pour les sauveteurs.

La passion de former et transmettre son savoir

Sauveteur, Sébastien Juhel est également formateur SNB1 - autrement dit nageur de bord - pour le Pôle national de formation. « Comme j’organisais des sessions SNB1 à la station, la direction de la formation m’a incité à passer le stage de formateur SNB1 pour pouvoir organiser localement, avec les bonnes pratiques, les formations nageurs de bord. »

Deux fois par an, sur le site même de l'Île-Grande à Pors Gelen, douze à quinze stagiaires participent à cette formation. Elle consiste à apprendre les différentes techniques de récupération de naufragés à partir d'un semi-rigide sur des rochers isolés et à nager avec paddle pour des distances inférieures à 300 mètres à partir de la plage.

« J’aime organiser des formations et transmettre. Comme les stagiaires et les formateurs proviennent de différentes structures de sauvetage SNSM, il y a un brassage de profils et de pratiques intéressant. Cela permet à chacun, moi y compris, de remettre en question sa pratique, en s’ouvrant à de nouvelles techniques. J’apprécie de voir les stagiaires progresser au fil des formations de trois jours et demi. Ils repartent avec l’envie de communiquer sur les règles de sécurité, de mettre en place de nouvelles manières de faire, voire même de devenir eux-mêmes formateurs ! ».

Et ce n'est pas tout : « Quand il y a besoin, j'interviens en dépannage, pour donner des cours de secourisme au CFI. » Autant dire que Sébastien Juhel ne chôme pas sur son temps libre.


Depuis le 22 janvier 2021, la station de sauvetage Trébeurden – Île Grande a été scindée en deux établissements. Trébeurden dispose d’une station SNSM permanente, intitulée Trébeurden SNSM, et équipée de la vedette de 2e classe SNS 218 Pors Trozoul. La station saisonnière de Trégastel a été rebaptisée station Trégastel – Île Grande SNSM. Elle est devenue station permanente, sous la présidence du président de l’ancienne station de Trégastel. L’équipage dispose du semi-rigide SNS 718 Toulgwenn.


Francis SALAÜN, encadré Alexis HATON