Deux plaisanciers sauvés en mer par la SNSM de Port Leucate

Inexpérience rime parfois avec imprudence… Deux navigants n’ont pas écouté les recommandations météorologiques et se sont trouvés en difficulté sur leur voilier. Récit d’une intervention qui aurait pu mal tourner.
Vedette de sauvetage de la SNSM de Port-Leucate à quai
Légende
La vedette "SNS 253 Francese de Cezelly" a remorqué le voilier malgré d’importants creux © SNSM

Dernier dimanche d’octobre 2021, la station SNSM de Port-Leucate participe activement aux quatre jours du championnat de France de Funboard, organisé par l’Association française de Funboard. Leur rôle ? Assurer la sécurité en mer de l’événement, et à terre, effectuer des démonstrations de sauvetage, et promouvoir le DIAL, le dispositif individuel de secours et de géolocalisation en mer.

Il est 14 h 30 lorsque l’équipage de la vedette SNS 253 Francese de Cezelly reçoit une alerte du centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage (CROSS). Un voilier de 9,80 mètres est en difficulté au large avec à son bord deux personnes et un chien. Les conditions météorologiques sont mauvaises : visibilité très médiocre, mer forte avec des creux importants et une belle houle de sud-est. L’équipage, composé de six sauveteurs, part à leur recherche.

Arrivés à proximité, les sauveteurs établissent une communication radio avec le voilier. À bord, les deux occupants, pied nus et en shorts, sont tétanisés de froid et d’anxiété. Inexpérimenté, le skipper ne parvient pas à manœuvrer en raison des creux importants. Voiles roulées et moteur en fonction, le voilier maintient le cap à l’est vers le large.

Suite aux conseils de la SNSM, et après plusieurs tentatives, les deux équipiers réussissent à installer l’échelle de bord, pour faciliter l’accès aux sauveteurs. Marion Di Cato, nageuse de bord SNSM, se met à l’eau, parvient à rejoindre et monter sur le voilier. L’équipage lance la touline à la sauveteuse pour passer la remorque. « Je suis restée sur le voilier du début à la fin de l’intervention, explique Marion Di Cato. J’ai mis l’équipier qui avait le plus peur en sécurité, à l’intérieur du voilier, tandis que le propriétaire s’est mis à la barre ». Les sauveteurs et le voilier rentrent à Port-Leucate, sous la pluie et à une vitesse de cinq nœuds, évitant les troncs d’arbres à la dérive dans cette mer formée. Mission réussie pour les sauveteurs.


Les conseils des Sauveteurs en Mer

Avant de prendre la mer, il est impératif de s’informer des conditions météorologiques et d’écouter les conseils des navigants plus expérimentés. Ici, les voisins de ponton des deux équipiers leur avaient déconseillé de naviguer compte tenu de la mauvaise météo. Lors d’une sortie en mer, il est préconisé d’avoir un bon équipement (gilet de sauvetage porté, vêtements chauds, nourriture, boisson) et un téléphone portable pour prévenir les secours. 
Retrouver tous les conseils des Sauveteurs en Mer pour bien préparer sa sortie en mer


DIAL, le bracelet dispositif d’alerte et de localisation

DIAL est un bracelet en silicone qui contient une balise étanche GPS et une carte SIM multi opérateurs, rechargeable sans abonnement. Il permet de communiquer en permanence sa position à un proche et de l’alerter en cas de danger, par une simple pression.

""
DIAL © Vincent Rustuel

Les référents reçoivent une alerte sur leur smartphone et le partagent avec les CROSS. Les victimes sont ensuite géolocalisées, ce qui permet aux Sauveteurs en Mer d’intervenir plus rapidement. DIAL et ses accessoires sont en vente sur notre boutique au prix de 149 euros.

Article rédigé par Alexis Haton

 


Équipage engagé

SNS 253 Francese de Cezelly

Patron : Mathias Denonain

Patron suppléant : Ivan Guillebeaud

Sous-patron : Thibaut Lapacherie

Équipiers : Marion Di Cato, Jérémy François, Jean-Charles Walter