Une nouvelle vague de semi-rigides en Bretagne

Les stations bretonnes se voient dotées de nouveaux semi-rigides. Des moyens parfaitement adaptés au sauvetage à proximité des côtes.
 semi-rigide-sns680-perdrix-snsm-loctudy-ile-tudy
Légende
Le nouveau semi-rigide de la SNSM Loctudy, le SNS 680 Perdrix

Le renouvellement de la flotte passe, aussi, par l'arrivée de nouveaux semi-rigides dans les stations, de manière à renforcer l'efficacité des interventions. Comme en témoigne l'annonce des moyens déjà livrés, faite par Pierre Bichard, inspecteur général Nord-Atlantique :

  • Loguivy-de-la-Mer, un Zeppelin XV PRO de 6,98 m, en octobre 2019, le SNS 738 Commandant Michel Renard.
  • Camaret-sur-Mer, un Zodiac Milpro SRA de 7,40 m en janvier 2020, le SNS 723 Tai Bihan.
  • Saint-Quay-Portrieux, un Zodiac Milpro SRR de 7,40 m en janvier 2020, le SNS 729 Raphaël.
  • Loctudy, un Zeppelin 20 V PRO de 6,10 m, en février 2020, le SNS 680 Perdrix.
  • Plouguerneau, un Zeppelin 20 V PRO de 6,10 m en février 2020, le SNS 679 Lilia I.

À venir, pour une bonne part avant l'été :

La station de l'Île de Sein pourrait être, elle aussi, prochainement dotée d'un nouveau semi-rigide.

Cette vague de nouveaux équipements représente un investissement global de 900 000 €, souligne Pierre Bichard. Les départements et la région participent généralement chacun à hauteur de 25 % du prix de chaque unité. Selon les catégories, les prix varient entre 50 000 et 135 000 € avec moteur et remorque.

En moyenne, l'espérance de vie d'un semi-rigide est d'une dizaine d'années. "Tout dépend de l'utilisation qu'on en fait et des conditions de préservation, selon les stations, à l'abri dans un bâtiment ou sur un ber, prêt à prendre la mer".

Selon Pierre Bichard, "l'emploi de ce type d'embarcation tend à se développer, car bon nombre d'interventions ont lieu à proximité de la côte, souvent au raz des rochers, là où il est nécessaire d'avoir un faible tirant d'eau pour intervenir". Certaines stations ne disposent que de ce moyen. C'est le cas de Brignogan et de Cléder. Ailleurs, le semi-rigide s'avère un bon complément dans certains types d'interventions. "C'est le cas de Camaret-sur-Mer, qui dispose d'un canot tous temps et qui se voit désormais doté d'un semi-rigide pour intervenir, si nécessaire, dans la rade de Brest".

À l'arrivée des nouveaux semi-rigides, les bénévoles des stations vont se former de nouveau. Pour mémoire, la région Bretagne est dotée de 51 stations de sauvetage permanente avec 14 canots tout temps, 32 vedettes et 41 semi-rigides. En 2019, ces stations ont pris part à 1 200 interventions.

 

Article de Francis Salaün.