facebookTwitterGoogle PlusyoutubeDailymotion

Devenir bénévole

Partager

Types de bénévolats à la SNSM

S’il est classique de distinguer trois pôles de ressources humaines dans l’engagement associatif : bénévolat, volontariat et salariat, le bénévolat associatif reste bien le socle sur lequel se fonde le projet associatif de la SNSM. Ce bénévolat peut revêtir plusieurs formes : cadres bénévoles avec mandat du président de la SNSM, bénévoles permanents, bénévoles réguliers, bénévoles occasionnels. En application des statuts de l’association, tous ces bénévoles sont qualifiés de membres actifs de l’association.

Les cadres bénévoles permanents

Les délégués départementaux

Installés dans chaque département côtier, ils sont nommés pour six ans renouvelables par le président national qu’ils représentent. Le délégué départemental exerce, vis-à-vis des stations de sauvetage et des centres de formation et d’intervention (CFI), un rôle de coordination, de contrôle et de suivi dans tous les domaines : disponibilité des moyens, activité opérationnelle, gestion des ressources humaines, gestion financière et relations publiques. Il exerce par ailleurs un rôle essentiel en matière de communication interne ascendante et descendante. Dans l’exercice de ses fonctions, le délégué départemental peut se faire assister par des délégués adjoints : médecin référent départemental, adjoint technique, adjoint financier, adjoint pour la surveillance des plages, adjoint communication.

Les présidents de stations de sauvetage

Ils sont nommés pour six ans renouvelables par le président national, sur proposition des délégués départementaux et des inspecteurs généraux de zone. Le président de station est assisté d’un comité local comprenant notamment le patron titulaire de l’embarcation de sauvetage et le trésorier. Cette organisation locale peut être éventuellement complétée par un vice-président.

Les patrons titulaires d’une station de sauvetage

Le patron titulaire d’une station de sauvetage est responsable devant le président de la SNSM de la disponibilité de son embarcation et de son équipage de bénévoles pour intervenir en opérations de sauvetage sous la direction des CROSS. Il coordonne les actions d’entretien et d’équipement de sa vedette ou de son canot. Il organise, évalue et contrôle la qualification opérationnelle de ses équipiers. Il est aidé dans cette tâche par le président de station, mais également par les services de soutien de la direction de la SNSM, notamment les inspecteurs généraux de zone. Nommé pour un mandat de six ans renouvelable, le patron d’une station est désigné par le président de la SNSM, sur proposition du président de station, du délégué départemental et de l’inspecteur de la zone opérationnelle.

Les directeurs de centres de formation et d’intervention (CFI)

Ils sont nommés par le président national sur proposition de l’inspecteur des nageurs-sauveteurs. Chaque directeur est responsable de la gestion de son centre. Le délégué départemental SNSM lui confie le soin de prendre, avec les services de la préfecture ou du conseil général, les contacts relatifs à l’organisation des examens et au fonctionnement technique des centres.

Les trésoriers

Les trésoriers sont en charge de la tenue de la comptabilité des stations, centres de formation et parfois délégation départementale. Ils sont nommés par le président national, sur proposition du président de station, du directeur de CFI, ou du délégué départemental concerné. Ils reçoivent une formation adaptée à leur mission.

Les autres bénévoles permanents

Les sauveteurs embarqués

Le recrutement des sauveteurs embarqués s’exerce surtout par cooptation du patron titulaire qui constitue et choisit son équipage de sauveteurs opérationnels, en fonction des besoins dont il reste juge. Ce choix doit être confirmé par le président de station. Ces sauveteurs en mer sont inscrits sur une liste d’équipage déposée à l’ENIM, l'Établissement National des Invalides de la Marine qui gère le régime de sécurité sociale commun à tous les navigants professionnels du commerce, de la pêche et de la plaisance et des sauveteurs embarqués bénévoles. L’âge minimum requis pour être sauveteur traditionnel est de seize ans. La limite d’âge supérieure pour naviguer en opération est de soixante-cinq ans révolus.

Les formateurs nageurs sauveteurs

Ce sont des nageurs-sauveteurs aguerris qui ont suivi des stages de formation appropriés selon un référentiel défini par la Direction de la sécurité civile du ministère de l’Intérieur (pour les formations aux premiers secours et au Brevet national de Sécurité et de Sauvetage Aquatique) et par la Direction des Affaires Maritimes (pour les permis mer). Les autres formations spécifiques au sauvetage font l’objet de référentiels internes SNSM. Ces nageurs-sauveteurs formateurs sont désignés par leur directeur de centre de formation et d’intervention de rattachement. Ces formateurs consacrent chaque année plusieurs dizaines de journées (équivalent temps plein) d’engagement bénévoles au service de la qualification des jeunes nageurs-sauveteurs.

Les chargés de mission bénévoles

Il en existe de toute nature. Leur désignation fait l’objet d’une décision du président et ils reçoivent en principe une lettre de mission pour une durée limitée, parfois reconductible.

Les responsables d’antenne régionaux

Nommés par le président national, ils ont pour rôle de promouvoir l’image de la SNSM  et de développer la collecte de fonds dans les départements de l’intérieur dans lesquels n’existent pas de délégués départementaux. Ces missions bénévoles sont attribuées pour deux ans renouvelables.

Un engagement associatif spécifique : le nageur-sauveteur

Le stagiaire nageur-sauveteur s’inscrit dans un centre de formation et d’intervention en vue d’obtenir les qualifications qui lui permettront d’exercer une mission de surveillance et de sauvetage sur et à partir des plages du littoral pendant la saison estivale. Dans le cadre de cette mission, il bénéficie d’un emploi rémunéré au sein d’une mairie ou d’une collectivité de communes du littoral. C’est donc un véritable engagement citoyen, proche du volontariat, qui est ainsi proposé aux jeunes pour exercer une mission de service public à haute responsabilité.
Ainsi, dans ses centres de formation répartis sur tout le territoire national, la SNSM forme des nageurs-sauveteurs aptes à exercer la fonction de surveillant de baignade sur les plages. Cette formation est dispensée en conformité avec les textes en vigueur émis par le ministère de l’Intérieur. Elle vise aussi au développement de leur sens marin.
Par ailleurs, le nageur-sauveteur, muni de qualifications issues des référentiels nationaux, peut participer bénévolement à des dispositifs prévisionnels de secours (DPS). Le cas échéant, ils peuvent également être réquisitionnés par la préfecture de leur département pour participer à des missions de sécurité civile, à cet effet, ils sont rattachés à une Unité départementale des missions de sécurité civile (UDMSC).

Les bénévoles occasionnels SNSM

Ce sont des bénévoles qui donnent un coup de main ponctuel à l’occasion de diverses manifestations, fêtes de la mer… organisées soit par les délégations départementales, les stations de sauvetage ou les centres de formations et d’intervention voire les antennes régionales SNSM. Parmi ceux-ci se trouvent des membres proches des stations ou tout simplement de la famille des sauveteurs embarqués qui expriment à cette occasion leur attachement et leur soutien au projet associatif SNSM.

Comment devenir bénévole SNSM

L’engagement bénévole à la SNSM consiste tout d’abord à adhérer à son projet associatif, son organisation et ses valeurs. Selon la définition du Conseil Économique Social et Environnemental, c’est tout d’abord un engagement libre pour mener à bien une action en direction d’autrui, action non salariée, non soumise à l’obligation de la loi, en dehors de son temps professionnel et familial. Il n’existe pas de statut du sauveteur en mer, tout comme il n’existe pas en France de statut du bénévole. En raison des contraintes de l’activité opérationnelle, c’est aussi un engagement fort qui exige une grande disponibilité et d’habiter à proximité des lieux d’action de la SNSM, sans oublier une bonne santé tant sur le plan physique que moral. Cet engagement est formalisé dans une charte du bénévole énonçant les responsabilités réciproques entre les bénévoles et la SNSM.

Pour devenir sauveteur embarqué

Il convient de contacter une station proche de son domicile et de présenter une candidature au président de la station. Le recrutement des sauveteurs embarqués s’exerce surtout par cooptation du patron titulaire qui constitue et choisit son équipage de sauveteurs opérationnels, en fonction des besoins dont il reste juge. Ce choix doit être confirmé par le président de station. Il existe un véritable parcours associatif du bénévole sauveteur embarqué qui par une formation continue et des entraînements réguliers, s’astreint à entretenir ses aptitudes opérationnelles.

Pour devenir bénévole régulier auprès d'une station ou d'un centre de formation nageurs-sauveteurs

Il faut exprimer sa candidature auprès du président de station de proximité, du directeur de centre de formation, voire du délégué départemental SNSM (voir la rubrique ci-dessous "En savoir plus")

Pour devenir bénévole au siège de l’association

Séduits par la mission et le projet associatif SNSM, des candidats habitant en région parisienne peuvent également apporter un concours régulier au siège de l’association, en fonction de leur domaine d’expertise et dans des fonctions qui ne sont pas assurées par les salariés permanents œuvrant au siège de l’association. En aucun cas, ces bénévoles ne sauraient être assimilés à des salariés que l’on ne paye pas. Les missions qui peuvent leur être confiées sont bien distinctes des emplois salariés. Elles sont définies à la suite d’un entretien avec des cadres du siège et le délégué pour la vie associative qui apprécient les offres de service proposées et compétences au regard des besoins de l’association et des possibilités d’accueil dans un des services du siège.

Comment devenir nageur-sauveteur

Pour devenir nageur-sauveteur, il est recommandé d’exprimer sa candidature par écrit (lettre ou mail) auprès du directeur d’un centre de formation et d’intervention (CFI) nageurs-sauveteurs proche de son domicile. La liste de ces centres figure également sur le site. La plupart des centres organisent à la rentrée de septembre une réunion d’information pour présenter la SNSM et l’activité du Centre de formation, les stages proposés et surtout l’investissement en temps que la formation représente pendant la période scolaire [environ 450 heures pour former un nageur sauveteur, soit une à deux séances hebdomadaires d’entraînement en piscine, différentes préparations les week-ends puis stage mer en période bloquée ou étalée en plusieurs week-ends aux alentours des fêtes de l’Ascension].
Devenir nageur-sauveteur exige naturellement de bonnes conditions d’aptitude physique et psychique. Peu après son inscription, le stagiaire nageur-sauveteur passe un test de natation permettant de déterminer son aisance et ses possibilités de progression pour satisfaire ultérieurement à l’examen national du Brevet National de Sécurité et de Sauvetage Aquatique (BNSSA).
Pour en savoir plus, consulter la rubrique : Devenir nageur-sauveteur

Chiffres clefs 2016

4 400 Sauveteurs Embarqués bénévoles

1 333 Nageurs Sauveteurs

218
stations de sauvetage

256
postes de secours en plage

32 Centres de Formation et d'Intervention

8 000 personnes secourues

5 519 interventions de sauvetage

SNSM - Les Sauveteurs en Mer
Association loi 1901, reconnue d’utilité publique depuis 1970 et inscrite au répertoire national des associations sous le numéro W759000011


31, cité d’Antin - 75009 Paris
Tel : 01 56 02 64 64